Mon aventure vers l'ouest



Bienvenue sur ce blog ; ce blog qui fera le lien entre mes écrits papier, lors de mon voyage, jusqu'à vos yeux, chez vous.
Donc, la manière dont je vais fonctionner sur ce blog est la suivante ;

Premièrement, en texte couleur blanc sera la retranscription exacte de mes écrits papier, en voyage.
Ensuite, les écrits directement rédigés sur l'ordinateur seront en rouge...

Le nom en orange, c'est l'endroit où je me trouve lors de l'écriture.
Le chiffre avant l'endroit, c'est le nombre approximatif de minutes attendues sur le bord de la route.

Bonne lecture.

Les photos

18h35, dimanche 18 octobre 2009 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
Voila les photos sont scannées.
J'aurais réellement aimé en prendre plus...
De plus y'en a plusieurs qui ont mal sorties au point qu'elles ne sont pas visible...
Aumoins j'en ai quelques-unes et voila je vous les partages...

Vous n'avez qu'a suivre ce lien :

PHOTO

Pour ma part ...
Traveling is missing me as fuck !
And I regret a little bit to didn't took contact with most of the people iv'e met.
Well !!!

J'ai perdu mon petit livre "Freestyle" ou j'inscrivais mes notes et mes philosophies...
Dommage ! Ce blog reste ma dernière référence, après ma mémoire oubliante !



FIN

21h20, dimanche 2 août 2009 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
Comment dire...

Fuck...
fuck fuck fuck...
Le plus beau trip de ma vie...
Trop de learning !
Wow... La vie sous un autre angle !!! (J'en veux plus ... Mais j'accepte volontier le break !)
Trop content...

100% complet... 100% satisfait... Je veux l'assimiler à 100% aussi woah... Je veux rien oublier...

Infinite Thank to everyone that helped me, thank to everything and everyone that has been on my way !!!

Je vais aider en retour ! Pas à vous surement ; mais comme si c'était à vous... Votre aide désintéressée m'a trop fait du bien, tant de dons, tant de bonnes compagnies, TROP DE DONS... Comment pourrais-je ne pas vouloir maintenant tout donner ??! ohoh. Donner pour donner mes amis...

...

Les majestueuses montagnes de l'ouest...
La fameuse beach du paradie, "painted rock"...
Les hectares de cerises et de pommes/poires... (Fucking apples !)
Les plaines infinies des prairies... (Bordel de froid !!!)

TOUT CES GENS....................

Bordel, j'ai des frissons à penser que tout ça continue d'exister live là, sans moi !!!
WOW...

As I've said so MANY time ;
"TRAVELING IS THE SHIT !!!"

---

Je suis maintenant à Montréal ;
Je me lève à matin dans cet hotel ; mais non je n'suis pas viré touriste ; l'hotel était totalement abandonnée, bien décrépie, bien gratuite !
Hier soir, après quelques heures (omg... Je m'y habituais, mais bien content d'être débarasser de ce facteur d'attente...) sur le bord de la route, je décide de suivre le conseil que les 2 mecs du dernier lift m'ont donnés ; dormir dans cette fameuse place !

Citation du livre :
###
" Je suis dans une chambre d'hotel abandonnée ! ; Lit, sewing kit, big knife, linge sale, bible, tonne of machemallow, empty beer... Plein de gaz... (wtf?)
Huum... Personne me pognait sur le stop. Ma me reposer cette nuit... Profiter de cet occaz.
/// Sur la route, aterre, j'ai trouvé un burger de burger King, au poulet... --> Excellent ! LOL ! ///
Que de Freeness...

Acquis au resto (géant) abandonné ; fil, pâte, sel/poivre, chandelles, thé chinois, épice weird...
huh.
---
J'ai vécu ma 1e expérience de "le char arrête, cool, tu y va, y repart..." --> salopard...
---
(nuit) Y pleut dehors (les circonstances sont bonnes !) !
WTF... Éclaire qui pète trop à proximité, les murs shakes !
Situation d'horreur !!!
muouahaha...
---
(Matin (ce matin)) Ostie j'ai ben dormi... Probablement la plus belle nuit de mon trip !"

###

Héhé, la dernière nuit de mon trip c'était ! En tout cas... Voilà, après quelques lift louche j'ai fini par tomber sur Thierry, CALISS (ostie que j'apprécie les sacres asteur) que sa fait dubien de parler avec un Québecois CRiSS !! :D ; direction la porte de ma maison montréalaise, famille, confort, déposage de sac officiel... Wouah bon.

---

J'ai beaucoup trop appris durant ce trip ; genre que j'ai tellement à penser, tellement à changer, tellement tellement tellement... Je prend ce temps pour travailler sur moi-même, avec ces nouvelles données enregistrées (sont mieux d'être ben enregistrées car c'est des vrais pont d'or qu'il s'agit là !!!), j'imagine que la tranquilité à ça de positif...

---

Réflexions / conclusions qui me viennent comme ça :

##################### À propos de l'auto-stopage (beaucoup à dire ici !)

Premièrement, je tiens à dire :
VIVE LE QUÉBEC, car sérieusement, y'a pas mieux que le Québec pour faire du pouce ! ; 20 minutes en moyenne ! ; L'Ontario, tu peux compter 2-3h en moyenne... Les prairies (Alberta, Sask, Manitob') c'est plate en siboire à attendre... La vallée de l'Okanagan (BC) ; les "local" te font des fuckyou et te lance des affaires, ça prend du temps aussi sauf si t'es chanceux de trouver un autre Québecois qui s'arrête !!!... Aille !!! Ce trip fut une épreuve de patience sérieusement...

Aux chauffeurs ;
- Si vous voyez un pouçeux et que vous aimeriez l'embarquez... Mais que vous vous dite "Je fais seulement 10 minutes ! Ça sert à rien que je le pogne..." ; dites vous, plutôt que de simplement pointer une direction disant "je vais juste là désolé ! (grr!)", que 10 minutes en char = 2 heures à pied ! Desfois... quand ça fait 3-4heures que t'attend... un p'tit 10 minutes ça peux remonter le moral et ça peux redonner espoir en la chose ! Urrgghh !!! Surtout que parfois, après tout ce temps et au millieu de nullepart, quand on manque d'eau on serait prêt à payer le double du prix taxi pour une p'tite ride jusqu'à un peu de civilisation !!!

Aux pouceux ;
- Soyez patient... J'ai enragé en tabarnack (maudit que j'aime ça sacrer !!!) à plusieurs reprises, à cause de l'attente et des salopards de redneck qui t'accélère dans face, des p'tit yo-cock qui te font des fuck you, des vieux criss qui lève les mains, désespéré, en guise de "kessé tu fais là ostie trouve toé une job"... Mais à toutes les fois, alors que j'était au comble de la folie mentale, un lift ou n'importe quelle situation venait par magie ; me donnant l'opportunité de vivre une expérience INOUBLIABLE... Expérience que jamais j'aurais pu vivre sans avoir vécu toute la merde passée !
C'est une leçon marquante de mon voyage ; Toute la merde que tu vie est justifiée par les beaux moments qui va t'arriver ; et inquiète toi pas, la vie est magique, y'aura toujours des beaux moments Freestyle que jamais t'aurais pu imaginer... Tu sera toujours surpris ! Souris ! héhé.
- Souris et fait des tata aux chars qui s'arrêtent pas ; ça fait que le hitch-hiking (pouçage) gagne en réputation (car ohhh parait-il qu'on est des dangereux criminel (coliss de médias à marde qui détruit cette belle idéologie du partage......)) et en plus tu va surement gagner des beaux sourires de jolies filles ! Tout à gagné oh oh ! (lol..)

Les trucks s'arrêtent jamais. Les Westfalia non plus (Tsss, ça m'a déçu). Aucune femme s'est arrêtée de tout mon voyage !

J'ai eu un lift weird aujourd'hui, ça m'a fait entre-voir le point de vue féminin sur la question ;
Le mec me pogne, ben cool ; Franco-Ontarien... Il m'invite à dormir chez eux, douche et souper ; toutes les commodités normales... Je refuse ; wtf je veux aller à maison et y'est que 2h de l'aprèm... Peut importe ; il insiste et insiste... Il fini par être clair ; il veux me faire un fucking blowjob you know, un sal pervers quoi... Alors dès le moment je deviens circonspect et clair ; WTF non !

Et je lui lance ma philosophie sur le partage, que j'ai déjà exposée un peu plus haut ;
Moi quand je fais du pouce, je m'attend à ce qu'on m'aide. Je ne suis pas une pute, je ne travail pas, je call pas un taxi ; je demande de l'aide ! de l'aide DÉSINTÉRESSÉE !
Ce mec ne m'a pas du tout embarqué dans son char avec un intention désintéressée ; il cherchait du sexe ! Que ce soit ça, ou de l'argent, ou what-ever ; FUCK OFF MAN ! Rien à fouttre de ton aide hypocrite, de ton désir de t'enrichir (de quelque moyen que ce soit) avec mon infortune !!
Je préfère crissement être démuni que d'être aidé par intérêt (surtout sexuel !!!)
J'ai tellement hâte d'aider juste pour aider... Donner et partir ! Donner sans vouloir de retour !

Aide aide aide ! Et un jour quelqu'un t'aideras... (Voilà ce qu'un autre mec m'a dit ; "Now, when i'm traveling in car, I just can't don't take hitch-hickers ; People helped me so much when I was at their place ; so I'm helping back ; not the sames people that helped me, but others...")

Là ou j'ai entrevue le point de vue féminin sur la question du pouce ; Beaucoup d'hommes sont des caliss de pervers, et s'ils seraient tous gay, jamais je ne ferais de pouce, car c'est l'enfer de se faire cruiser par un vieux wack, d'entendre des illusions "subtiles" à propos du cul, de se faire regarder comme ça...
Criss d'hommes à marde eh ! C'est totalement dommage que trop d'entre eux sont des pervers finis, car ceux qui ne le sont pas (ou lorsqu'ils ont pas la tête au sexe...) ont souvent BEAUCOUP à nous apprendre...

Maudit monde des intérêts...!! VIVE LA GRATUITÉ !! Aider pour aider you know...

meh.

############# Les voyageurs !

Si vous voyez (Moi en tout cas, je vais le faire) un voyageur, ou même 2 ou 3 !, qui semble être perdu, ou qui fait juste errer, qui semble être étrangé à l'endroit ! Un backpackeur, what ever ! ... Allez le voir ! Introduisez le à la ville ! À votre gang d'ami ! À vous même !!! Parlez lui des bons spots ! Des bars ! Des coutumes ! Donnez lui des trucs !
Vous allez tellement améliorer, avec ce si peu d'effort, son passage dans la ville !
En plus que vous-même allez vivre quelque chose de nouveau... La rencontre d'un étranger !
Je vous dit ça, car il m'est arrivé plus d'une fois d'arriver dans une ville, un endroit, où je ne trouvais pas le gut's d'aller voir les gens pour connaître la place ; j'était FANTOME...
J'ai trop été fantôme, surtout vers la fin ; personne ne veux être fantôme au millieu d'une foule de gens locaux... Rien de mieux qu'une introduction je vous le dit ! C'est facile et tout le monde s'en porte mieux !

################ Le langage !

Dans la vallée de l'Okanagan, avec les ceuilleurs de cerise, j'ai vu quelque chose d'assez plate ! ;
Le phénomène Ghetto !
Oh oui ; tu rencontre des gens, tu leur parle dans la langue de la place (l'anglais quoi !) et ils te répondent automatique "Hey dude, parle moé en français, chui du Québec moé too!" pis rapidement tu te rend compte que tout le monde autour de ce mec sont de la même ethnie ! Ben oui... des Ghettos Québécois...
La tendance est comme ça ; deux se rencontrent et restent ensemble ; jusque là c'est O.K... Ils en rencontrent d'autre et c'est le phénomène aiment ! Le ghetto se crée, ça parle juste français, ça parle de Québequeries ; en gros c'est un "Nouveau-Québec" miniature en territoire étranger... Tsss ; pourquoi tu voyage si c'est pour rester au Québec dans ta tête ?!?
--> Ce qui fait une place, c'est pas les montagnes arides, c'est le monde qui y vivent...

J'ai vue beaucoup trop de ça au BC, personnellement j'ai trouvé ça fort ridicule, et j'ai tenté de faire changer la pendule de bord ! ; "Hey wtf, quand des canadiens viennent parler en anglais à Montréal, tu pète la coche, tu veux les pendre, tu parle de loi 101 pis blablabla ; kessé tu fais là toé icitte là, à faire la même chose dans leur territoire ?! Soit un peu conséquant caliss !" ; sans succès évidemment ; bref, je partais donc le plus possible voir les gens locaux ; voir la place quoi...

################### L'attitude !

Citation ; "L'attitude sert à gagner le respect de ceux qui ne le donne pas à priori... Il faut savoir utiliser (et non pas transcender) l'attitude aux bons moments ; et être real (open !) autrement. Montrer sa "colère" (son mécontentement) --> être en criss au lieu de refouler (car là, on est dévasté à place d'être dévasteur ; on se laisse marcher sur les pieds à place de s'extérioriser, de parler, de faire avancer le problème...)"
Je n'aime pas les gens qui sont toujours dans le mode attitude ; avec eux, tu dois toujours être toi-même dans un rôle souvent stupide, souvent fermé, si tu veux faire avancer la relation... Évidemment y'a des attitudes plaisantes ; en fait c'est tout simplement le fait de jouer un rôle, faire de l'attitude...
Mais trop être dans ce monde te ferme ; tu perds la réalité, tu oublie que ton point de vue n'est pas nécessairement vrai !, tu brime la liberté d'ouverture de l'autre...
Moi, en règle très générale, je donne mon respect à priori (avant de connaître) ; si j'utilise l'attitude, c'est uniquement quand je sens que ça, c'est pas mutuel... Quand autrui me "demande" de gagner son respect ; le travail réside à lui "plaire", à jouer le rôle que l'autre veux que tu joue, à te défendre devant sa "grande et précieuse" personne qui nécessite du travail afin d'interagir ouvertement (avec respect.) avec lui...
J'aime pas ! Mais bon ; vraiment beaucoup de gens ont cette tendance là ; il faut donc, si on veux tout de même les approcher, jouer le jeux de l'attitude... --> attention à pas se perdre dans ce monde !

############## Touristes !

Y'a une grande nuance entre un touriste et un voyageur !
Le touriste va là où tout le monde và. Il prend tout plein de photo (mais le voyageur le peut aussi...) Il a souvent de l'argent, il évite l'underground, il est peureux ; en fait, dans sa tête, il est resté dans sa petite routine ; il se paye seulement une petite sortie encadrée, wtf...
Les capitalistes aiment les touristes ; source de money, ils sont bien sages, ils suivent la ligne... Du monde normal quoi. LOL.

Les voyageurs c'est les reals ; ils sont souvent pauvre, ne savent que rarement où ils vont, ils cherchent l'underground ; les gens locaux, ils foncent dans les bois ! Ils veulent être seuls sur leurs colline... Ils veulent voir ce que personne n'a vu ! Ils veulent vivre par eux-même... Ils fuient les marchés, les endroits $populeux$...

Grosse nuance ! J'ai tenté lors de tout mon voyage de me défaire de toutes tendances touristes.

############# Random shit ;

- Vieux voyageur ; "Everything in life, Just don't take it too serious !... Because it's won't be fun anymore..."

- Nelson ; "Point de vue catégorique ; la catégorisation :
Au lieu de prendre chaque chose pour elle-même, on les prend pour "faisant partie de;..."
Ce qui est un ajout subjectif à la chose... ex ; le pot est 1 premier mouvement à l'escalade des drogues, menant à l'héroine.
---
Y'a pas grand choses qui est pas ridicule dans une ville... Le style, l'avoir l'air triomphe...
Le monde se font des salut mais sans plus...
Y'a du capitalisme partout...
Envie de tout casser mais on se sent tjrs trop faible...
Plein de compétition...
Pour les filles surtout... --> Rien d'humain... On se bat comme pour 1 objet... eurk je déteste trop ça...
Je n'arrive plus à me satisfaire... Ma partir de Nelson bientôt."

- Un shit que j'ai écris, juste après ça, alors que je commençais à réellement ressentir le "confort" de la ville... ;
"Je suis tanné de tout ce bruit...
Tanné d'être regardé comme un produit...
Peut-être que c'est juste dans ma tête...
Mais tu vois, ça m'rend bête.

Tout est pourri, dans la ville...
"Awaye achète-en, plus de piles!"
Qu'on écoute ces loitaines musiques,
Oubliant nos voisins ; à cause d'la gamique...

J'erre d'endroit en endroit,
Ne rencontrant que moi !
Le monde sont dans leur bulles !
Amoins qu'cest moi qui fabule...

J'sais pas où aller,
Ni comment m'porter !
De toute façon !
J'vais surement tout oublier...

Aller, continue à marcher !
Les points d'vues ça change,
Les points d'vues ça s'mélange,
Tout va s'arranger...
Ailleur... Plus tard !" (lol)

- citation ; "(...) Ché pas yé kel heure, mais sa fait aumoins 5-6H que je marche et pouce dans le vide... Ma virer fou.
Cu au TimHorton, café avec un 2$ trouvé sur la route...
...Un café sa fait du bien en tk..." (lol)

- "Pourquoi je n'écoute pas les nouvelles ?
--> Car elles apprennent à l'humain à se méfier de son prochain, elle lui enlève toute confience en l'étranger... ; "Asteur avec tout ce qu'on entend aux nouvelles on peux pu faire confience à personne!" --> WTF ? C'est pas pcque y'a plus de crime ; c'est pcque les médias over-publicise tout sé crimes là, qui faisaient pas autant parler avant...

############ More random shit ;

- Saskatoon ; Jesse me pogne proche d'Edmonton ; 180Km/H, gros WAKING THE CADAVER, musique demême, musique psychadélique, sons au maximum ! THANK !!! Fucking nice to have heard this, so missing me... On va chez eux ; la perfection :
Père de famille mono-parental, 2 fils de 18-19, 3 kids de 13-15 qui ont pas de famille ; il les héberge, les nourris... Ambiance familliale super sympathique ; le père fait à cuisiner pour toute la gang dont moi, sans arrêt... Il cuisine cette super bonne bouffe... WTF... La famille ; tous travaillent à l'éducation de chacun, l'entraide mutuelle... wow wow wow.

Tanné d'écrire là... J'pourrais continuer des heures... On s'en parle !
FIN de ce blog mes amis, "thank pour la lecture" j'imagine ? Bah lol.



Fruit picking

12h14, vendredi 24 juillet 2009 .. 3 commentaire(s) .. Lien Permanent

Beaucoup de gens “voyagent” afin d’aller travailler dans les champs ; faire du fruit picking. La job, c’est de se lever a 4h du matin, commencer a picker (surtout des cerises, mais aussi des pommes, poires, pêches éventuellement…) vers 5h et ce jusqu’a midi ; tu passe ensuite le temps jusqu’au couché pour recommencer le lendemain…

 

Ça m'a pris 1 journée et demie pour me rendre a Namarata ; pouçant, marchant trop, j'ai dut m'arrêter pour dormir a OK falls ; pu de lumière, pu de lift (bah, généralité) ; je cherchais un petit bois pour dormir, mais woah, du moment que j'entre dans la pénombre 3-4 chevreuils excités sautent partout autour de moi (s'enfuient) très énergiquement... Je laisse faire l'option de dormir dans la forêt, trop de vie hum... Alors j'opte pour dormir derrière un magasin abandonné de pièces d'auto ; merveilleux !

 

Rendu a Namarata le lendemain matin, je rencontre plein de bonnes personnes ; musiciens avec qui je joue, intéressant ! J'ai fait un de mes meilleurs blues avec un bassiste, sur cette plage... Vers midi c'est une légion de Pickeur qui viennent commencer a boire de la bière sur la plage ! Ambiance festive, tout ça...

 

Mais... Je me rend assez compte que malgré l'air super hippy, l'air super freestyle ; tout n'est, sans surprise !, qu'apparence !

Principales motivations mentales ; l'argent, les cerises, la compétition.

"J'ai fait tant de bawkette (paniers de cherry) ! haha plus que toi !"

"Chez nous on nous paye 2,75$ le bawkette !"

"J'attend ma paye aggrrrr"

 

Un vrai climat de workeur eh... Fallait s'y en attendre j'en conviens...

La compétition est vue comme un moteur afin de faire plus de picking, plus d'argent.

Certains passages (surtout a Kelowna par exemple !), chez certains consommateur plus extrèmes, me faisaient penser a la fameuse toune des Vulgaires Machins ;

"J'fais d'la poudre, pour travailler plus, pour faire plus d'argent... Pour faire plus de poudre ! Pour travailler plus ! Pour faire plus d'argent ! Pour faire plus de poudre...."

J'fais du speed pour pogner plus de cherry pour avoir plus de fric pour ahh !!

 

Ce qui est marrant avec ceux qui sont rémunérés (genre tout le monde) c'est qu'ils sont ben contents quand y'on leur paye, quand leur porte monnaie est ben plein... Mais que du moment qu'ils en ont plus, d'argent, ben ils l'attendent, leur paye ! Et pas d'une manière très joviale...

J'ai remarqué que le vagabond, lui, est ben content pauvre, pis un tit peu plus content quand y'a du cash qui tombe du ciel !

Eh ben... J'imagine que la solution c'est d'Avoir toujours une tonne d'argent comme ça on est jamais malheureux ! (ironie ^^)

 

Bref, j'avais voulu, a la base, travailler un peu histoire de vivre l'expérience du fruit picking ; mais bon, je sais pas... Je préfère être pauvre pis totalement libre, que d'avoir de l'argent pis d'être esclave d'elle... Du vrai Freestyle quoi !
Pas juste "J'ai de l'argent, la je suis libre !" car bon... C'est vraiment une illusion ça.

 

J'ai aimé mon expérience dans cet endroit anyway ; m'a permi de réaliser toutes ces choses !

En plus ! J'ai rencontré Isaac et Mif !

Woah, c'est super cool ; passé 1 bonne journée avec eux, et 1 sacré soirée avec Mif, au party d'pickeur !

 

La je suis a Pentincton ; j'ai trouvé (grâce a Mif) que les WorkZone (trop ironique que je bullshit le travail étant ici) offraient l'internet gratuitement... Je profite du soleil pour me déplacer... (car en aval et en amont il pleut) J'ai l'ile de vancouver comme destination en tête...




Vagabondage

16h08, mardi 21 juillet 2009 .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent
Ma "première expérience" avec le "vagabondage" était avec Vincent, a Rouyn.
Ce mec la fréquente le "cabaret de la dernière chance", place super nice, bonne bière (l'aphrodisiaque !), internet gratuit,bon monde ; c'est la que Rich Desjardins a commencé, en tout cas la belle place ! Sa philosophie, a ce mec, c'était le vagabondage ; tu vie le plus gratuitement possible, sans faire chier le peuple, tu te patente tes choses, pis tu t'amuse hum ! Passé 3-4 jours dans son entourage, c'était ben intéressant, mais j'avais rien réellement vécu pour autant, de ces choses.

A Thunderbay j'ai parlé avec la plupart des homeless people, alors je connaissais les soup kitchen (repas gratuit) et les food bank, les endroits pour dormir gratuit (Salvation army), et tout ça... Pendant une coupe de jour, c'était intéressant mais encore trop dans le mood "je suis le gars qui fait ça pour essayer"...

Depuis 2 semaines je suis a Nelson maintenant, et c'est comme dire que c'est une vrai vie de vagabond que j'expérimente ici ! De la qualité ne vous inquiétez pas !
Alors, je vous parle du contexte, de la situation de ces 2 dernières semaines :

Tout a commencé avec ce Ken (le vieux bonhomme qui m'a offert le café) ; il m'a amené au dit camp (qui est appelé "Painted Rock") et m'a fait connaître toute une gang (et plus encore) ! :
Romain et Juliette ; c'est les 2 français de la place ; ils étaient assez drôle mais le problème c'est qu'ils restaient dans leur petit monde, français... Ne se mêlaient pas a la communauté !
(oh yé 4h20, pas moyen de faire ça ici...! fuck ! (420 est tellement populaire ici au BC ! des tags partout...))
Raga (orthographe incertaine) ; sympathique compagnie, qui enjoy la vie !
Bill ; trop malade ; ce mec est trop drôle, anglais, "come from nowhere", y fait son propre vin homemade, gratuit (j'y ai gouté, trop nice...) ; trippé pasmal avec lui !
Jordon ; silencieux, trippeux néanmoins, serain, fait d'la bonne musique ; ben le fun !
Christ ; super-scientific ! Tout est exact avec ce mec ! bon cuisineur !
Jennifer ; je l'avais rencontrée avec mes 2 potes américains, chillé, expériencé la tempête hardcore ensemble... je l'ai re-rencontré quelques jours plus tard, et elle est venue s'installer au camp !
Ken ; the mentor of the place ! haha, sa tente donnait sur la cuisine ; toute notre nourriture collective y était installé ; vraiment bien organisé ! Pêcheur, farceur, encore jeune dans sa tête ; il m'a "initié" aux food bank, c'est trop malade, tu te pointe, tu prend la nourriture que tu veux, y'a tout s'que t'as besoin, pis tu fais du bon social avec les gens de la, pis tu part... Le seul problème résidait dans le fait que je pouvais faire sans !
Simon (le mec de villeray) ; on a réussi a fouiller le passer pour se rendre compte qu'on a déja passé une soirée ensemble ! Moi, Ounsi et Francois ont étaient au skatepark Jarry, on écoutaient du the doors (c'est lui qui m'a initié a ce band !!!) pis on buvait d'la bière ; belle soirée, vraiment drôle de se rendre compte après 3 jours de cotoyage qu'on s'étaient déja vu a MTL... J'ai vraiment aimé sa compagnie, j'crois qu'on faisait une assez bonne équipes ! On a trippé pasmal ensemble, pis on en a fait des affaires ! C'est avec lui que j'ai expériencé la plupart de mes activités "vagabondes" ;

Le ramassage de bouteilles vides ; Assez marrant ! On se promène dans les ruelles, sur la rue, partout dans le centre-ville ; un gros sac poubelle sur le dos, on rempli ça assez rapidement ! On se trouve un shopping cart ; on met le sac dedans pis "oh yeah ! la on est des reals !" ; on fait ben du bruit avec (pas le choix huh) pis quelques gens et un bar nous donne des tonnes de bouteilles one shot ! "Aight on a aumoins 5$, on a assez pour s'acheter un peu de weed ! De toute façon a quoi sa sert l'argent a part se faire du fun... ? (la philosophie vagabonde qui parle !)" Alors on se pointe au "bottle depot" et ... hmm... y'a un cart vraiment plein de bouteille... Ça fait 5 minutes que y'a pas d'activité autour ... !
Alors on le prend, on trie nous bouteille, une madame vient nous voir ; c'est ses bouteilles... Mais elle nous laisse la moitier (ce qui est énorme wtf !) ! Un vieux bonhomme vient nous porter 2 gros sac poubelle plein, nous dit "I don't want to do the work and I don't need this money ! I give you that !" Coool... ! On en a pas besoin non plus, mais bon ça se prend pareil comme on dit...
On se fait 25 $ ! S'en suit une belle soirée au camp ; puffage, drinkage de sherry, et les champignons magiques par dessus ça... woah en tout cas !

Dumpster ! ; j'aime les appeler les "invendus", parce que bouffe de poubelle, oh comme trop de péjoration s'y attache comme automatiquement chez la majorité des gens !
La situation ;
Le capitalisme nécessite un mouvement continue de l'argent ; plus ce mouvement est rapide, plus le capitalisme (le capitaliste) grossit ; prospère ; détruit ! On mise sur la renouvellation des choses ; on ne vise pas l'efficacité, la qualité...
C'est cette philosophie capitaliste qui fait en sorte que nous pouvons, actuellement, et surtout a Nelson !, manger gratuitement de la bonne nourriture !
Toute nourriture vendue possède une "date d'expiration" ; comme si la date d'expiration était réellement significative ! La nourriture est jetée la journée même de la date d'expiration ; elle est totalement saine ! Healty food !
Les gros vendeurs recoivent du stock de temps en temps ; et lorsque c'est les beurres de peanuts 2010 qui entrent dans le magasin, ceux 2009 prennent le bord... Ainsi reposent sagement, dans des sacs bien scellés, jamais ouverts, ces tonnes de beurres de peanuts qui sont encore "bon" (selon la date d'expiration qui est totalement ridicule ; donc encore très bon) dans un containeur quelqu'onque.
Ainsi nous avons fait beaucoup de "dumpster diving" ; aller dans ceux ou nous savons que la nourriture est bien isolée et bonne. On a mangé, pendant 1-2 semaines, comme des rois ; des repas a 100$, des choses que jamais nous aurions pu nous permettre normalement !
La santé !

Ainsi moi, Simon, Bill surtout (qui trippait en sale dans cette situation), et avec tout le monde au fond (c'est devenu assez populaire dans mes relations, pendant 1 moment), on a trouvé beaucoup de trucs... Prenant a peine 20% de la bouffe disponible et saine !

En tout cas... La vie de Commune :
J'appele ça une commune car nous vivons carrément en groupe, une philosophie d'anarchie, de DIY, d'autonomie... Mais pas juste une philosophie ; l'action qui va avec aussi ! "un avoir... l'avoir commun. le partage. Bouffe, weed, tout." ; on ramenaient tous de la nourriture ; des foodbanks, des dumpster, de n'importe ou ... On mettaient tout en commun, chaque soirée on la passait autour du feu, a faire des jams de l'enfer ! A parler, a se faire du fun avec n'importe quoi ; belle société friendly et sympathique ! Le matin y'avais les lève tôt, genre 6-7h ; souvent j'était parmis eux, café, kayak, couture, what-ever... Vraiment intéressant !
Le kayak, trop fou... J'en ai fait vraiment beaucoup (j'aimerais continuer... !) ; été en ville en kayak (wow... c'est pas tant plus rapide qu'a pied, et c'est forcant en caliss pour les bras !), fait ben des escapades, l'harmonica sur l'eau sa résonne partout... Beau point de vue, l'eau !

Voila quatres jours, 2 cops GRC et 2 Rangers sont venus sur notre plage le matin...
Ils viennent, la main sur le gun toujours !, les rangers font les mecs sympathiques a la "c'est pas ma faute, c'est ma job !" ; "fuck you, t'as juste a prendre une job qui fite avec toi, épais !" ; en tout cas... En résulte une menace d'arrestation et de confiscation (destruction) de tout bien matériel restant... Ils nous ont laissés 4 jours pour quittés ; ces jours sont maintenant passés, mouerf, le trip est mort...

J'ai passé 2 autres jours, dans des différents endroits (je commence a pasmal trop connaître la ville et les gens ; habitude, routine en vue), a Nelson ; dans 1h je part vers je ne sais pas encore ou... ! Le vortex de Nelson ne me retiendra pas plus longtemps !

Je pourrais pousser encore un peu plus le trip vagabondage ; mais bon c'est du domaine du "on verra" ! Peut-être que j'vais me retrouver dans une villa de riche a boire des whisky en abondance... Qui sait...

Les quelques derniers jours je les ait passés dans un genre de mood "down", c'est carrément la routine qui entrait... A dire franchement ; je crains réellement mon retour a l'école, réellement ! Ça risque de faire mal. Analyse ; "L'école t'éduque a devenir ce qu'ils ont besoin, non pas ce que tu as besoin..." ; la vie de voyage, la vie dans la rue, tu apprend a tout les jours et tu apprend des choses intéressantes, importantes... Meh !

citation ; "La chose qui t'est la plus étrangère, c'est celle que tu crois connaître le plus... ; L'habitude/la routine aveugle."

----------

Itinéraire depuis Dandy ;
Kelowna (dehors, 2e endroit de travail, 19e nuit), Kelowna (dehors, champ, 20e nuit), Cherryville (dans un camping, après 1 journée complète de poucage sans aucun lift (sauf a l'extrème fin de journée !)), Ferry de Needles (dormis sur la plage), Nelson (1e nuit ; Redsand Beach, 2e nuit ; dehors dans 1 garage, pendant 2 semaines ; Painted rock, 2 nuits ; dans la montagne)

----------
----------
----------

Merci Francis de m'avoir donné le conseil d'apporter de la poudre a bébé et de porter des boxer serrés ! ; dès mon début, en Abitibi, j'ai commencé, a force de marcher, a avoir des irritations entre les jambes (sur les cuisses !), et ouff ca peux devenir réellement souffrant ça !

--

Merci Isaac pour le truc du brûleur ! ; une canne de thon (ou whatever ; tant que la forme est convenable) que tu perce sur les côtés ; tu met un peu de combustible a fondu dedans, t'allume, et voila ton bruleur ! Pourquoi gaspiller 60$ pour cette simple technologie...?

--

L'harmonica je l'abuse extrèmement je dirais... Me faire de l'argent avec ça me semble plutôt impossible, j'ai essayé un peu, sans réel succès... J'ai jammé avec quelques guitarman, suffirait juste que je me lie avec un d'eux, pour donner dequoi de complet sur la rue... Mais bon ; je préfère encore faire ça sans intérêt ; juste pour jouer, pour partager le sons avec les passants, et non pas leur quêter du cash inutile...

--

Une pensée/domaine de pensée, prédomine mon voyage ; l'avoir l'air, le style, l'apparence...

--

citation ; "Changement ; je ne recherche pas la stabilité, je ne recherche pas a être... Je cherche a devenir, a m'améliorer toujours, a m'enrichir (ma personne, pas mon porte monnaie) ; pas a trouver une sécurité absurde pour me cacher de l'évolution...
Je déclare la guerre a ; Sommeil, repos, paresse, sécurité, stabilité, être, sédentarisme, attente, procrastination, acrasie..."

--

Le trippage de MAD !
Les lectures de textes de Iohan !
La bonne humeur de Bobbe !
Le positivisme de Ménard !
Les aventures a la Mif !
L'évidance de Simon !
Les débats politique de la gang du GASPE !
Ah !

--

Bon en tout cas ; j'adore ma situation présente ;
Je sais pas pentoute ou je vais, et j'ai tellement de choix disponible ! Le plus cool, c'est que même si je fais un certain choix ; c'est aucunement certain que mon vouloir soit totalement accompli ; car tout revirement de situation est possible !
Néanmoins, je fais un choix ; voila 1 semaine Mif m'a envoyé un email me disant qu'il allait être a Naramata avec Isaac, Elephant Island farm, something like this, donc je vais y aller, bah qui sait !

Peace. (Bordel que des peaces, et des signes peaces avec les doigts, j'en ait vu plein ici a Nelson !)




From Nelson

16h21, jeudi 9 juillet 2009 .. 2 commentaire(s) .. Lien Permanent
A Kelowna, moi et mes 2 potes on a décidé de quitté Dandy pour aller voir d'autres trucs ; l'aventure quoi. Alors le soir on rencontre, a l'occasion d'un partage de fumage (Mais ohh... C'est étonnant de voir comme le pot rejoins tellement de monde !!! En voyage surtout.), on se fait inviter par 3 personnes (des vieux, dont 1 QC) a travailler a l'endroit ou ils travaillaient...
Ces gens la fumaient pasmal de Crack, mais étaient relativement correct... On a fait abstraction et on a suivit !

Donc on passe la nuit, le lendemain on fait 11h de thinning de poires, job super difficile et salement pas payante ! 65$ (supposement) pour ces 11h de work intense.
Le soir, on demande d'etre payé mais le boss qui s'occupe de ca (un vendeur de drogue, super sympathique A PRIORI !), nous dit qu'il va nous payer 2 jours plus tard... Il nous donne néanmoins 80$ pour les 3, pour manger... La nuit tombante, on boit un peu, on chill..
Woahh... Bordel de crackhead !!
Le boss boit et fume du Crack, devient salement débile profond, fait quasiment peur, dangereux a limite ! On fini par crisser notre camp ; situation trop déplaisante, fuck la paye, on se contente de notre salaire secondaire... (La fierté d'avoir travailler 11h de temps au gros soleil, a suer pis a assurer de belles poires oui oui !)

On part de Kelowna ; ça nous prend 3 jours pour nous rendre a Nelson (Dont une journée (8h) a poucer, sans jamais nous faire prendre !!! Mouahaha), et me voici la depuis 3 jours maintenant !

Mes 2 covoyageur sont partis vers les USA, leur retour, hier matin.

Ça faisait 2-3 semaines qu'on voyagaient ensemble ; je dois dire que cette experience était indispensable dans mon voyage ; ça m'a fait réaliser que, être seul, bordel que c'est plus simple ! Mais être avec des gens, c'est plus amusant.
J'avais besoin de mon autonomie ; maintenant j'en joui... Ces 2 mecs la m'ont appris pasmal de choses, m'on fait réaliser bcp de choses aussi, trop nice people !
Seul, beaucoup plus de portes freestyle sont disponible ; le monde vont vers toi puisque t'es seul, tu peux plus t'infiltrer un peu partout ; ton vouloir est le seul qui importe (pas besoin de faire de concession, de compromis), tu dois t'arranger seul (donc pure autonomie)...
Je n'regrette pas d'être parti seul, donc.

Hier matin donc, suite au départ de mes amis, je chill je chill, un vieux bonhomme fini par passer et me dit "You like Coffee ?!" hm, yeah ! "So come with us !"
Okay ! Vieux bonhomme style homeless, roux chx long...
Me paye le café, me présente genre 6 personnes, m'invite a me joindre a leur campement...
Daccord !

Campement ; Dizaine de tantes plantées, a 1h environs de Nelson, sur le bord de la plage, 3 kayak disponible, bouffe collective tout les soirs, le monde fument, chillent, 3 quebecois, 2 francais, une coupe d'anglais ... Je connais encore aucun noms huh, mauvaise mémoire...

Ma tante est plantée la présentement, directement sur le bord de l'eau, avec tout mon stock dedans ; ca fait dubien de pouvoir me promener libre de tout ce poid supplementaire ! Je leur fait confiance ; tlm se fait confiance a cet endroit.

Un des quebecois, trop débile, vient de Villeray (MTL) aussi, metro jarry, a chillé au skatepark Jarry aussi, connait Cedric, Puss, Felix, Ounsi !
Wtf... A été a la même école secondaire que moi, fréquanter les même endroits...
C'est certain que je l'ai deja croisé.
Assez marrant de parler de Ounsi et des autres avec un mec a l'autre bout du Canada !

Sinon, dans la ville, c'est extra plein de gens hippy ; habillés de linge "flottant", colorés, souriants, plein de bébelles "inutiles" sur eux, des joueurs de musique, plein plein de voyageur, (un peu touriste ce qui est plate hum. je préfaire l'underground...) des jolies filles hippy c'est cool ! (huhu.) Tlm sympathique. Depuis 3 jours je bouffe gratuit aux foodbank, aux soupes populaires ; une vie homeless, vrm intéressant. Nourriture vrm bonne, bordel que c'est généreux le monde...

Bref... Je compte rester ici pour un moment, connaitre les gens, connaitre la ville, apprendre a faire du kayak !

Mif, Isaac, plein de monde de TR...
Emile !
Ounsi qui s'en viens dans l'ouest...

Tout ces gens la sont / viennent au BC !
Bordel... J'aimerais bien vous voir tous ! A mon prochain départ (car je tient a vivre Nelson un peu, histoire de bien "savoir" !) ma destination pourrait être la vôtre... Alors laissez moi savoir vos positions !

---

Ce que je vois dépasse toutes mes attentes (déja que je me refusais d'en avoir trop..) ; les montagnes de Banff, de Lake Louise et de ces environs sont juste trop malade ; de la neige sur leur top, super géante, partout environnantes, des montagnes partout...
De thunderbay a Kenora ; plein de rochers géants partout, de lacs super beau...
A kelowna, a Nelson, ces environs la... Plein de montagnes encore ! moins grandes, mais ouah pareil ; depuis 3 jours a Nelson les nuages sont dans les montagnes ; carrément. Y pleut pasmal, mais bon. Les nuages dans les montagnes ! Trop débile, en tout cas, du jamais vu...

---

Quelques citations de mon journal de voyage, au hasard ;

ONTARIO : LOL. Je suis surpris de LA VIE.
Je suis après crècher chez le mec le plus influent de la région entre Kirkland et Rouyn (V-town) ;
Chez leur "Mafia"
Deal de drogue, etc...
Le mec est fucking sympathique et intelligent ; y se laisse vrm pas faire ; y own...

De l'huile encore ! Shit, une chance je fume...

On a mangé du bon poisson a Danny, criss de bon gars.

Demain on a prévu aller ds le bois, pêcher et etc... Ben hâte de voir ca !
Sé ghetto en sal !
Les lumière fermées, sous condition ; pas senser être ici !
Y m'a pogné après 1h de lift, y'avait genre 10 bière dans le corps, le mec ! On a foutu mon sac dans le coffre ; y m'a donné 1 bière de route, Lol.

Yeah !

J'adore faire confiance aux gens !!!

J'écoute la TV pis bois de la bière (nuit) Lol, parait qui a un gros conflit FR/AN ici ; La 117 (autoroute) ; la guerre !

lol...

Parait que c'est full Redneck ! (Zéro marginaux !)
Entk...
Je verrai par moi-même !

...

Esti que la TV sé cave... Surtout les pubs... TV = INSULTE A l'HUMANITÉ..."

---

Swift Current : " Hell! Saskatchewan, la nuit, dumoins a cette période de l'année ; trop froid...
Trop de vent ! (Une joke qu'un mec de Regina m'a dit : You know why it's so windy in saskatchewan ? "No why", Because Alberta suck and Manitoba blow" LOL...) des nuages donc pas de soleil...
Fuck y'a vrm faite froid, pas agréable !
Gelé, repacter mes affaires, j'était en caliss quand les chars pleins de place s'arrêtaient pas...
Fuck je crevais de froid ! Mais bon...

Tim horton (j'y vais presque a tt les jours..) l'argent, c'est utile pour le café...

WTF ! Un mec vient derrière moi "Where you heading in?" West. "Where you slept so ?" j'y dit on the field, fucking cold !... Y m'a donné 20$ pour le way, WOW.

Le monde sont fucking généreux... Sa donne envie de donner...

J'me suis quand même fait donner 30$ en 12h sans rien avoir demandé... !

Saskatchewan is the shit.

...

Je concoit encore rien de ma situation ; après 10-12 jours, je suis encore étrangé a celle-ci. Tout comme si ma tête était encore en ville.
Après 2 mois ça va être fucker de revoir mon monde...! Y me manque deja un peu je dirais..."

---

Bon en tout cas, mon heure de internet (ouark faut payer 1$ par demi-heure ; la j'ai plus rien) est passé, have good time.



From Kelowna

14h53, jeudi 2 juillet 2009 .. 2 commentaire(s) .. Lien Permanent
Itineraire depuis dernier post ;
Thunderbay (Salvation Army (nice service !)), Kenora (8e nuit chez Jon, 9e journee et nuit au chalet a Jon), Winnipeg (passage, pas aimer), Brandon (10e nuit, outside sous un toit (pluis)), Regina (passer la journee la, nice city, most freestyle people ive seen), Entre Swift Current et Moose Jaw (11e nuit, dans un champ sur le bord de lautoroute, super venteux et froid), Swift Current (passage), Calgary (12e nuit dans le char de jason, sur les terrain du festival Stampede, 13e nuit meme place, derniere journee, rencontre de Woody et Math (avec eux je suis encore maintenant) au Tim horton), Banff (14e nuit, dans ma tente dans la foret, au aguet des ours !), Lake Louise (15e et 16e nuit, chez Nelan), Kelowna (17e et 18e nuit, dans le champ de Pommier de Dandy)

Je suis a Kelowna presentement, dans la valee d'Okanagan, BC. Ca fait quelques jours que je suis avec mes new partners de voyages ; Math et Woody, deux americain (California) super nice, 18-19 ans genre... Poucer a trois !
Oufff... De calgary a Banff, 10 minutes de waiting, wow ! De Banff a Lake Louise (1h de route !) 4h de waiting/walking along the high way ! Outch ! Mais nice... Lake Louise a Kelowna (3h de route !) 1 minute dattente ! Random !
Voyager a trois cest cool ; cest different. Je nsais vraiment pas jusqu'a quand je vais rester avec eux, mais bon, c'est ca le deal aussi, c'est freestyle...

Je dis salut a tout le monde ! J'leur envois la main, leur parle carrement, super-socialisation ! J'espere garder cette attitude lorsque je reviendrai (huuummm... Je garde cette reserve ; maybe i'll wont reviendrai. (Keep it Freestyle man !)) ; bordel que le monde se parlent pas assez entre etranger, en routinerie...

Depuis que j'ai embarquer sur la Transcanadienne, Ontario, je parle en anglais avec pasmal tout le monde ; woah...
J'aime bien parler anglais ! Je suis super poche, et c'est ca qui est le fun... Le monde remarquent assez vite que j'suis pas d'ici, et bon ca donne de nices choses... et ca fait assez interressant d'utiliser un autre langage !
Penser en anglais et penser en francais... Sa change les choses...
Parler devient un defi, un "travail", c'est cool !
Quelques personnes me parlent en francais (y'a beaucoup de quebecois dans l'ouest, sur la route ! Beaucoup que j'ai vu a Lake Louise ; sa parle bcp du Quebec...), mais bon... J'echange quelques mots, mais je retourne assez vite a l'anglais ; l'idee c'est que j'veux pas me ghettoiser...
Souvent, quand je veux dire un ou quelques mots en FR apres avoir parler longtemps en AN, je les dits avec l'accent anglais, ouff... Trop weird.
Je sacre encore, j'espere pas perdre cette precieuse habitude du Quebec.. !
Quelques fois, dans les moments de party, quand j'me sens bien avec le monde (j'imagine), et que j'veux communiquer quelque chose sur le coup, je shoot une phrase en FR aux personnes a qui je veux parler, y me regardent "huh...???" haha... Oublie de la condition linguistique.
J'ecris de plus en plus en Franglais dans mon livre, j'imagine que cet immersion va changer mon mode de communication hum... Et j'espere ne plus jamais couler mon put1 de cours d'anglais rater deja 2 fois !!!

J'oubliais un grande "difficultee" ; mon sac est lourd !!! Au debut je n'pouvais pas faire plus de quelques dizaines de minutes de marches sans devoir arreter, me reposer...
Mais maintenant je commence a m'y accomoder... Je marche en sal. J'ai assez hate de faire mon trip dans les bois, afin de manger toute cette bouffe qui pese une tonne, dans mon sac... Mais bon !

Je croyais pas faire ca, mais depuis 2 jours moi et mes 2 covoyageurs on travail dans un champ de pomme pour des indiens huh.. Trop weird ; travail sous contrat, "traiter" 2 hacre (ou hector, je sais pas) de pommiers pour 500 bucks, suffit d'enlever les pas bonnes, de s'arranger pour qu'il y ait uniquement 1 pomme par tige afin qu'elle soit belle, et non pas 2-3 comme y'en a trop... 22h de work en 2 jours, ben du soleil, 165$ chaque, sa depanne !
Pour la biere c'est pratique hum.

Trop de monde me donnent des choses... C'est quasiment absurde, j'ai trop envie de redonner partout...

Mon voyage me fait tellement penser a ma vie dite sedentaire, a ma vie tout court aussi...
Tant de choses a changer, tant de choses a ameliorer...

Je realise que mes amis, que mon entourage, que ma famille, que toutes les personnes que je cotoyais a tout les jours, sont tous fichtrement unique dans leur genre ; chacun est a considerer, chacun est different ! Ca parait banal comme realisation, mais c'est super gros... Et c'est quelque chose qu'on remarque pas dans la vie de tout les jours...

J'ai hate de revoir mon monde ! Mais bon... Je ferais malgrer tout durer ce voyage a l'infini, bordel ouais.

Je realise trop de choses.
Je vois trop de choses.
Je Vie trop de choses...

J'aurais beaucoup de choses a dire, a decrire, tellement d'aventure ! Ma tete est remplie, mon journal deborde quasiment, c'est abusif...
J'y metterai le temps a un moment donner, peut-etre, ou alors on en parleras...
Pour le moment je vais aller au Foodbank (nice la bouffe gratuite !) et probablement aller chiller sur le bord de la beach en buvant une coupe de biere... RELAX TIME !


Les difficultés jusqu'a maintenant.

13h35, jeudi 18 juin 2009 .. 4 commentaire(s) .. Lien Permanent

J’ai pris la singulière habitude d’écrire pour moi ; comme un journal personnel si on veut… Pas toujours très objectifs ; beaucoup de choses sont relativement bien peu pertinentes à savoir et lire pour vous ! Ainsi, plutôt que de retranscrire page par page mon journal, je vous ferai part de quelques écrits, selon une certaine logique… Bon ;

Itinéraire jusqu'à maintenant ; Laval (commencement), St-Gabriel (passage), Annexion (passage), ABITIBI : Amos (1e nuit dans tente, et journée), Rouyn (2e nuit dans autobus jaune, et 3e nuit chez 1 mec), ONTARIO : V-town (4e nuit chez 1 mec), Kearns (5e nuit chez 1 autre mec), Kirkland (passage), Konogami (passage), Longlake (6e nuit belle étoile), Geraldton (passage), Thunderbay (7e nuit, belle étoile).

Principales difficultés rencontrées ;

-         Le FROID ; vraiment hardcore ; la journée il fait chaud, 25 degré tout ça ; la nuit, c’est quasiment l’hypothermie eh ! ; un sleeping bag n’aurait pas été de trop… ouff… Pas grâve… quelques citations sur le propos,  :

o   Amos : (1e matin) Y fait frette en Tabarnaque. Y doit être 6-7h, j’ai quasiment pas dormi, j’ai tout le linge possible sur moi, ma couverte et, OH, y fait froid… Le soleil se fait voir, y’a encore des nuages… : Je part vers le centre-ville.

o   Rouyn : La, je suis dans un autobus jaune sans banc, total freestyle, le gars a qui sé est dans une maison… (…) (Lendemain) Sa dort ben un bus ! Faisait fucking frette pareil…

o   Longlake : … J’ai dormi dans un module pour enfant, a la belle étoile…
CALISS qui fait FRIOD la nuit..!
Ché même pas si j’ai dormi… La j’attend que le soleil se lève pour aller vers le village…
Le confort de nos maisons toujours prit pour acquis ; profitez-en, car notre climat est criminel…

o   Thunderbay : Vers 2h j’ai marché jusqu’au salut de l’armée… On me disait que je pouvais dormir la gratis et tout. Assez loin ; au bout de la ville : ça répondait pas !
J’ai donc dormi dans un abri ouvert a l’extérieur encore.
Vers 4h je me suis réveillé ;
Le froid !
C’est vers ces heures la, jusqu’au plein levé du soleil, qu’il vient…
J’ai été revoir le salvation army ; on m’a prêté une couverte, aumoins.
Ruff night anyway ; en plus la c’est plein de nuages. J’ai fais la guerre au confort ; voila je suis servis ! /

-         La FATIGUE ; a cause principalement du froid et du soleil, je sais même pas, souvent, si je réussi réellement a dormir ces nuits la ! :

o   Thunderbay : Malgré le café, je m’endors ben raide !
Vivement un Nap au soleil… vivement le soleil…
(Environs 3-4h later) ; faut tout ce temps que je dors dans le parc, au soleil.
Wouah… c’est nice dormir demême, face au soleil…
Lésard. ; un policier vient me réveiller pour me demander si je vais bien… pt je paraissais mort.

… Trop bien le mode de vie ; fatigué ? couche toé !
Zéro stress, rien a faire !
Seule chose ; entre 3h AM et 7h AM ; trouver du chaud.

Nourriture, eau, socialisation ; tout est parfait en ces côtés…  J’ai seulement 1 heure de free acces, alors ce sera pour une autre fois, les citations.

Cas appart ; Sur le bord de la transcanadienne, a Geraldton, une vanne noire s’arrête ; ben content (2h d’attentes, fuck !), je vais voir, c’est 2 polices d’Ontario. Super attitude-style, verre fumé torse bombé, y me prennent ma carte et me pose plein de questions nowhere sur ce que je fais (Bon… J’ai le droit de ne pas répondre, mais on sais bien a quoi ça mène !), et blabla… Fini ça par une menace ; « You know it’s illegal to hitch(qqchose) ? »
Hm? Really ? (En fait ce l’est pas, dumoins tant que té pas sur les autoroutes… hum)
« Yes, if i’m saying it to you… If you want to stay out of problem, you should stop », ou qqchose demême ; en sommes, des menaces :O Sa ma foutu la chienne un peu, quand je voyais des vannes noires venir, je faisais le gars qui pouce pas … Mais bon sont pas revenus.

Ce soir et demain il annonce de la pluis, hughh… Voila une autre grande catégorie de difficulté qui s’amène !




Signe de vie

02h34, mardi 16 juin 2009 .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent

Mon “cahier de voyage” est noircit de souvenirs ; tant de choses sont arrivé !…

Jai envie de simplement laisser ici ; « Allez ! Partez à l’aventure ! Ne cherchez pas ici des racontages quelconques, allez vivre les votre, c’est tellement facile… »

Jai vécu beaucoup plus en ces derniers jours que depuis des mois, oh !

Jai l’impression d’avoir rencontré plus de gens que jamais ! Et quels gens ! Quels gens !

On dit toujours « fait attention aux étrangers, tient toi sur tes gardes, méfie toi des autres »

Eh bien moi je vous dis carrément le contraire.

J’adore faire confiance aux gens, et de toutes les opportunités m’ayant été offertes, aucune je n’ai refusée ; même si on m’offrait une bière de route, a mon entrée dans le char… Ma mère sera probablement inquiète en lisant ca ; m’man, ca sert a rien, la vie vaut d’être vécue a plein gaz, pis c’est ca que je fais, j’ai vraiment pas envie de la jouer au mec qui veut rassurer ceux qui pensent a lui, car là, c’est mon voyage, et je le fais pour moi, sans hypocrisie je veux être face aux autres…

Tout le monde est bien, oui !

Oh !

L’Abitibi j’ai réellement adoré, j’ai jamais vécu autant de socialités que ca, autant de FREESTYLE oh mes amis ! ! ! TOUT me motive a continuer sur ma route ! Même poucer sous la pluie ! Du challenge voila tout... (Jai tripper moi aussi a passer lavant midi avec toi et Nancy, à Amos (Amush, uh !) ! Sa a fait du bien de me faire aborder nowhere comme ca, par de bonnes personnes comme vous qui n’ayez pas peur de vous salir !! Créatrices de mon premier grand événement insoupçonné !)

Tellement de cercles d’amis partout !

Beaucoup, de tout les âges et de tout les genres, se dévoilent a moi, beaucoup me montrent un intérêt pour mon aventure, pour ce que je fais… Car je crois qu’ils voient en mon élan ce qu’ils cherchent eux aussi ; la vie !
Foncez !!!

Je viens de passer ma 5e journée ici, à Kearns en Ontario, bordel que c’est trippant… Demain je reprends la route vers l`ouest.

Voila sans plus entrer dans les détails !




La motivation de mon départ

16h32, vendredi 5 juin 2009 .. 2 commentaire(s) .. Lien Permanent
Le sédentarisme (donc le fait de vivre en grande ville) amène nécessairement nombre de pathologies ; parmi celles-ci je compte :

La routine qui est elle-même précurseur de beaucoup de problèmes, dont
la peur ;

La peur est un véritable fléau chez l’humain ; peur des étrangers, de l’inconnu. Cette peur, c’est l’outil instinctif du conservatisme ; on refuse l’ouverture aux choses différentes, on se borne à celles déjà connu puisque c’est beaucoup plus facile ainsi !

La facilité et le confort sont les raisons de la routine ; dans un optique de la “loi du moindre effort”, on arrête d’évoluer (d’avancer, de rechercher quelque chose de mieux) lorsque l’on se sent assez à l’aise ; nos besoins primaire comblés, on s’assoie et on commence à se pervertir dans le sédentarisme... C’est, selon moi, une faiblesse ; celui qui a trouvé un idéal, donc qui est installé et qui est satisfait de sa situation, est désormais semblable à la pierre : la remise en question au ban, une vie morne et plate s’annonce devant lui... La seule “évolution” qu’il subira sera de même que celle qui agit sur le rocher ; l’érosion de la société le polira, le parfairera de sorte qu’aucune contradiction, qu’aucun changement de section ne soit plus possible ; il deviendra rond, gros, bourgeois.

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort. Une vie sans difficulté ne fait pas avancer.

La contradiction fait grandir ; elle permet l’ouverture à de nouveaux points de vues ; l’enrichissement du savoir, de l’intérieur. Sage était celui qui dit un jour : “Seul un con ne change pas d’avis”.

Le sédentarisme, c’est la fermeture d’esprit mise en application physique.

Il tend à l’accumulation de biens ; comme si la terre nous appartenait ! Je ne suis pas le premier à le dire ; la propriété, c’est le vol. Une parcelle d’espace est libre en soi ; se l’approprier est prétendre à la divinité. Sommes-toute, ce qui me tient réticent face à la propriété n’est pas d’un caractère égalitaire (La terre appartient à tous), mais plutôt tenant de raisons individuelles :
S’attacher à des biens matériels, c’est extrapoler notre Soi vers des objets ; ainsi, si les objets sont touchés, perdus, abîmés, volés ; le sentiment d’être volé, abîmé, perdu, touché nous atteint. Or, que n’est plus insignifiant qu’un morceau de matière ! Se détacher des biens matériels, de toutes possessions, c’est se donner l’avantage d’être intouchable. Que mon appartement passe au feu ; que n’en ais-je rien à faire ; mon voisin, lui sédentaire et bourgeois, pleurera, et sans surprise se suicidera-t’il éventuellement... Faiblesse : LUI, n’a eut aucune blessure. Cette idée s’applique aussi à la possession d’autrui, aux attaches face à d’autres personnes.

Le sédentarisme tend à l’égoïsme ; MA réputation, MA personnalité, MES biens personnels, MON logis, MON titre... En réalité, ne suis-je pas qu’un être tout simplement libre ? Or tous ces artifices égoïstes sont d’autant plus des bornes qu’ils sont nuisible à mon essence ; ma liberté.
La ville est un piège où l’homme libre est transformé en machine moulée ayant une fonction, un but, une finalité ; une pure négation de la liberté.

Le sédentarisme tend à l’indifférence ; ma vie d’un jour à l’autre est la même ; je vois les mêmes paysages, je croise des gens comme s’ils étaient les mêmes. Par l’indifférence autrui devient banalisé ; ce qu’il est se résume à son statut, à son emploi et à sa propre routine à lui ; rien d’extraordinaire ; en ville, jamais autrui est un miracle. Pourtant n’est-il pas une grande liberté autant que nous le sommes nous-mêmes ? Un grand mystère de la vie, une grande puissance ! Mais non ; en ville, autrui n’est qu’un robot parmi tant d’autres, parmi moi. Le même discours est applicable aux paysages ; aux objets : ne sont-ils pas de fabuleux existants ? Mais non ; en ville, ils ne sont que de vulgaires choses que l’on ne remarque rapidement plus.

Tout est plat, tout est normal, tout est semblable ; aucune surprise ; es-ce ça la vie ? Non ; c’est le sédentarisme.

En ville, nous sommes pierre. Chacun à des attentes envers autrui ; chacun est forgé par les attentes d’autrui. Je ne suis pas moi ; je suis leur vouloir.

En aventure... Rien de tout cela tient.

C’est pourquoi je souhaite le nomadisme, c’est pourquoi je pars.


Tiré du livre "Ainsi parlait Zarathoustra" de Nietzsche :

" En traversant ainsi sans hâte bien des peuples et mainte ville, Zarathoustra retournait par des détours vers ses montagnes et sa caverne. Et, en passant, il arriva aussi, à l'improviste, à la porte de la grande Ville : mais lorsqu'il fut arrivé là, un fou écumant sauta sur lui les bras étendus en lui barrant le passage. C'était le même fou que le peuple appelait "le singe de Zarathoustra" : car il imitait un peu les manières de Zarathoustra et la chute de sa phrase. Il aimait aussi à emprunter au trésor de sa sagesse. Le fou cependant parlait ainsi à Zarathoustra :


"O Zarathoustra, c'est ici qu'est la grande ville : tu n'as rien à y chercher et tout à y perdre. Pourquoi voudrais-tu patauger dans cette fange ? Aie donc pitié de tes jambes ! crache plutôt sur la porte de la grande ville et — retourne sur tes pas ! Ici c'est l'enfer pour les pensées solitaires. Ici l'on fait cuire vivantes les grandes pensées et on les réduit en bouillie.

Ici pourrissent tous les grands sentiments : ici on ne laisse cliqueter que les petits sentiments desséchés !

Ne sens-tu pas déjà l'odeur des abattoirs et des gargotes de l'esprit ? Les vapeurs des esprits abattus ne font-elles pas fumer cette ville ? Ne vois-tu pas les âmes suspendues comme des torchons mous et malpropres ? — et ils se servent de ces torchons pour faire des journaux.

N'entends-tu pas ici l'esprit devenir jeu de mots ? il se fait jeu en de repoussants calembours ! — et c'est avec ces rinçures qu'ils font des journaux ! Ils se provoquent et ne savent pas à quoi. Ils s'échauffent et ne savent pas pourquoi. Ils font tinter leur fer-blanc et sonner leur or.

Ils sont froids et ils cherchent la chaleur dans l'eau-de-vie ; ils sont échauffés et cherchent la fraîcheur chez les esprits frigides ; l'opinion publique leur donne la fièvre et les rend tous ardents.

Tous les désirs et tous les vices ont élu domicile ici ; mais il y a aussi des vertueux, il y a ici beaucoup de vertus habiles et occupées : — beaucoup de vertus occupées, avec des doigts pour écrire, des culs-de-plomb et des ronds-de-cuir ornés de petites décorations et pères de filles empaillées et sans derrières.

Il y a ici aussi beaucoup de piété, et beaucoup de courtisanerie dévote et de bassesses devant le Dieu des armées.

Car c'est d'"en haut" que pleuvent les étoiles et les gracieux crachats ; c'est vers en haut que vont les désirs de toutes les poitrines sans étoiles.

La lune a sa cour et la cour a ses satellites : mais le peuple mendiant et toutes les habiles vertus mendiantes élèvent des prières vers tout ce qui vient de la cour.

"Je sers, tu sers, nous servons" — ainsi prient vers le souverain toutes les vertus habiles : afin que l'étoile méritée s'accroche enfin à la poitrine étroite !

Mais la lune tourne autour de tout ce qui est terrestre : c'est ainsi aussi que le souverain tourne autour de ce qu'il y a de plus terrestre : — mais ce qu'il y a de plus terrestre, c'est l'or des épiciers.

Le Dieu des armées n'est pas le Dieu des lingots ; le souverain propose, mais l'épicier — dispose !

Au nom de tout ce que tu as de clair, de fort et de bon en toi, ô Zarathoustra ! crache sur cette ville des épiciers et retourne en arrière !

Ici le sang vicié, mince et mousseux, coule dans les artères : crache sur la grande ville qui est le grand dépotoir où s'accumule toute l'écume !

Crache sur la ville des âmes déprimées et des poitrines étroites, des yeux envieux et des doigts gluants — sur la ville des importuns et des impertinents, des écrivassiers et des braillards, des ambitieux exaspérés : — sur la ville où s'assemble tout ce qui est carié, mal famé, lascif, sombre, pourri, ulcéré, conspirateur : — crache sur la grande ville et retourne sur tes pas !" —

Mais en cet endroit, Zarathoustra interrompit le fou écumant et lui ferma la bouche.

"Te tairas-tu enfin ! s'écria Zarathoustra, il y a longtemps que ta parole et ton allure me dégoûtent !

Pourquoi as-tu vécu si longtemps au bord du marécage, te voilà, toi aussi, devenu grenouille et crapaud !

Ne coule-t-il pas maintenant dans tes propres veines, le sang des marécages, vicié et mousseux, car, toi aussi, tu sais maintenant coasser et blasphémer ?

Pourquoi n'es-tu pas allé dans la forêt ? Pourquoi n'as-tu pas labouré la terre ? La mer n'est-elle pas pleine de vertes îles ?

Je méprise ton mépris ; et si tu m'avertis, — pourquoi ne t'es-tu pas averti toi-même ?

C'est de l'amour seul que doit me venir le vol de mon mépris et de mon oiseau avertisseur : et non du marécage ! —

On t'appelle mon singe, fou écumant : mais je t'appelle mon porc grognant — ton grognement finira par me gâter mon éloge de la folie.

Qu'était-ce donc qui te fit grogner ainsi ? Personne ne te flattait assez : — c'est pourquoi tu t'es assis à côté de ces ordures, afin d'avoir des raisons pour grogner, — afin d'avoir de nombreuses raisons de vengeance ! Car la vengeance, fou vaniteux, c'est toute ton écume, je t'ai bien deviné !

Mais ta parole de fou est nuisible pour moi, même lorsque tu as raison ! Et quand même la parole de Zarathoustra aurait mille fois raison : toi tu me ferais toujours tort avec ma parole !"

Ainsi parlait Zarathoustra, et, regardant la grande ville, il soupira et se tut longtemps. Enfin il dit ces mots :

Je suis dégoûté de cette grande ville moi aussi ; il n'y a pas que ce fou qui me dégoûte. Tant ici que là il n'y a rien à améliorer, rien à rendre pire !

Malheur à cette grande ville ! — Je voudrais voir déjà la colonne de feu qui l'incendiera !

Car il faut que de telles colonnes de feu précèdent le grand midi. Mais ceci a son temps et sa propre destinée.-

Je te donne cependant cet enseignement en guise d'adieu, à toi fou : lorsqu'on ne peut plus aimer, il faut — passer ! —

Ainsi parlait Zarathoustra et il passa devant le fou et devant la grande ville. "





De TR à MTL

20h38, jeudi 4 juin 2009 .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent

Début voyage

45 Beloeil : Samuel m'a pogné à TR ; caliss qui était smath !
On écoutaient du bon rap, des trucs de France ; Y m'a confié qui écrivait du rap ; c'est la 1e fois ki le disait à qqn ! Parler drogue, fuck la TV, des expérience et tout, un bon 1h30 de route.
En débarquant une fille est venue Freestyle me voir en bike, gros sourire : "Salut :D Ta tu besoin d'conseil !?"
                                  Wow....

Je chill un peu ici et je repouce vers MTL...!

20 St-Bruno : 1 mec qui fait du paysagement m'a lifté jusqu'ici ; déjà plus près...

20 Longueil : 1 vieux enquêteur de la GRC m'a pogné, on a parlé métallurgie, etc ; Là, je viens de quêter pour la 1e fois de ma vie ; en 10 min ou 15 d'harmo, devant le métro, j'ai fais 3$ ! et des sourireS, surtout.
---> j'ai mon argent pour le métro !
           Direction Maison Mother.

Fin Trip TR-MTL.

Maison MTL : Siboire que c'était un bon trip ; je veux dire...
Prendre le bus pendant 2h, à être assis comme un épais à côté d'autres épais (Désolé mais c'est bien ce qu'on à l'air dans ces genre de situations !!!) À NE PAS PARLER, même pas se regarder, même pas rien...
Dans l'autobus ; le même optique de la routine de merde.

Moi, juste à cause de cette journée merveilleuse, je deviens un adept du POUCE. du PARTAGE. de la VIE. hehehe...

J'ai tellement vécu plus que d'habitude, alors que j'étais dans ma routine, juste dans un simple allé de TR à MTL ; j'ai tellement appris d'affaires nowhere traitant de plein de sujets, tellement socialisé...

Plus y'a de pouceux, plus la liberté s'exprime.

Meh !

J'étais pas directement devant le métro ; plus loin ; j'ai mit mon foulard au sol avec les 50 cennes que j'avais dans les poches ; dessus. J'ai commencé à Freestyler avec mon harmonica ; bordel que c'était une belle expérience tout de même, un mec m'a fait un pouce en haut, plein de sourire, création de vie, d'interaction...

Mon backpack est salement lourd ; le poids pas totalement bien réparti, y'a des trucs à vérifier encore !

Moi je reste ici, à MTL, pendant environs une semaine, ensuite c'est le big big départ ; le real voyage.




Départ prévu pour...

17h28, jeudi 28 mai 2009 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
Fin mai ; donc dans deux jours.
Je n'sais pas encore où je vais commencer mon périple, comment et tous autres détails ; tout ce que je sais, c'est que ce sera seul et vers l'ouest !

Le pouce en l'air, une première ;
Mon passé bien loin derrière,
Ce sera comme ça, croyez moi...
La facilité restera dans la cité ;
Le nomadisme me voilà...



Qui Suis-Je ?

Accueil
Mon Profil
Archives

Liens

Mes textes
Mon voyage par delà mon monde.

Catégories



Articles Récents


Les photos
FIN
Fruit picking
Vagabondage
From Nelson
From Kelowna
Les difficultés jusqu'a maintenant.
Signe de vie
La motivation de mon départ
De TR à MTL
Départ prévu pour...